Syndromes du canal carpien

Au début, le patient ressent des fourmillements au niveau de la main qui peuvent s’aggraver par la suite et donner lieu à une paralysie de la main. La fréquence du syndrome du canal carpien augmente avec l’âge et devient plus redoutable vers les 50 ans.
Il se présente sous la forme d’une compression du nerf médian localisé dans la paume de la main. Ce nerf assure une sensibilité au niveau des pulpes du pouce, de l’index et du majeur de même que l’innervation motrice de quelques muscles du pouce. Le nerf médian traverse le canal carpien associé aux tendons fléchisseurs des doigts.

Le diagnostic du syndrome du canal carpien à travers un électromyogramme.
Le recours à une IRM peut tout aussi être nécessaire dans certains cas.
Une intervention chirurgicale peut être envisagée si les douleurs persistent après plusieurs mois de traitement (repos, attelle, 3 infiltrations…) et aussi lorsque l’activité professionnelle du patient représente un risque de récidive.
L’intervention permet de diminuer la pression dans le canal carpien en libérant le nerf médian.

Il est recommandé de ne pas trop tarder pour effectuer cette intervention : Un nerf comprimé de trop longues années risque d’être définitivement lésé.
La durée d’hospitalisation est généralement courte : Une journée. Le patient arrive le matin et rentre en fin d’après midi lorsque les circonstances le permettent. La taille de la cicatrice est variable et dépend du type de l’intervention.

Les douleurs et fourmillements préalablement ressenties par le patient disparaissent rapidement après l’intervention. Des douleurs postopératoires au niveau du talon de la main apparaissent et se prolongent au maximum pendant 2 à 3 jours. Elles seront traitées par des antalgiques et une faible mobilisation de la main opérée. Un arrêt de travail pendant 3 semaines est envisagé.

Il est conseillé de mettre le poignet sur un oreiller pendant une semaine pendant la nuit. Durant les mois suivant l’opération, la main doit être utilisée le plus normalement possible en évitant tout geste effectuant une contrainte forcée sur le poignet comme le port d’un objet lourd.