Kyste synovial

Définition
Un kyste Synovial se présente sous forme de tuméfactions formées d’une poche remplie d’un liquide gélatineux. Ces tuméfactions apparaissent autour de l’articulation du poignet. Leur localisation la plus fréquente se trouve à la face dorsale du poignet entre les tendons extenseurs du poignet et des doigts, du côté externe. Dans certains cas qui restent rares, ils se forment à la face palmaire du poignet dans la gouttière du pouls radial.
La cause de ce kyste provient d’une dégénérescence de la capsule articulaire du poignet plus épaisse et résistante dans ces localisations.

Symptômes
Les adultes jeunes (hommes et femmes) ayant 20 à 30 ans sont les plus atteint par le kyste synovial. Les enfants de plus de 4 ans ainsi que les adultes de plus de 70 ans peuvent également en souffrir. Il apparaît de manière spontanée et sans cause particulière et augmente son volume progressivement sur plusieurs mois. Les personnes en souffrant ne s’en aperçoivent généralement qu’à la suite d’un traumatisme ou d’un effort violent, ce qui motive la consultation.
La tuméfaction peut être de petite taille, peu visible mais tout de même douloureuse lors des mouvements poignet, comme elle peut être volumineuse, inesthétique mais aucune douleur n’est infligée au patient. Cette tuméfaction est sphérique, limitée avec une consistance ferme et plus ou moins mobile par rapport au plan sous-jacent.

Examens complémentaires utiles
Généralement, la radiographie standard n’affiche aucune modification osseuse. L’échographie anodine donne idée de la nature du liquide de la tuméfaction et rend compte de manière plus précise les rapports du kyste avec l’artère radial afin de mieux guider l’acte chirurgical. Les examens tels que IRM et Scanner ne sont de leur côté pas utile pour diagnostiquer ou intervenir de manière préopératoire.

Evolution du kyste synovial
Toujours bénigne mais imprévisible, le kyste disparaît spontanément ou à la suite d’une pression. Son apparition peut avoir lieu dans un délai très variable (jours, mois ou année). Souvent, son volume augmente progressivement et devient de plus en plus gênant et douloureux.

Traitement
Dans la plupart des cas, le kyste synovial du poignet ne nécessite pas un traitement particulier car il est le plus souvent de petite taille. Lorsqu’il devient plus gênant et douloureux, avec raideur du poignet ou une nette diminution de force, il devient sujet d’un traitement.
Les méthodes de traitement diffèrent et ont souvent un taux de récidive relativement important. Ces méthodes sont :
– La ponctuation : Elle a pour principal objectif de vider le kyste du liquide visqueux et n’entraîne la guérison définitive que d’un taux de 60%.
– Ecrasement du kyste en utilisant une pièce de monnaie : Cette méthode n’est envisageable que dans 1 cas sur 2 en raison de la densité de la paroi du kyste et son taux de récidive reste ½ également.
– Ablation chirurgicale : Si le cas présente une récidive, ce traitement est effectué sous anesthésie loco-régionale et en ambulatoire avec un taux de récidive qui ne dépassent pas les 10%. L’incision cutanée est le plus souvent transversale en suivant le sens des plis cutanés du poignet et permet l’exérèse du kyste et d’un fragment de capsule dans lequel siègent les petites formations kystiques responsables des cas de récidive.
Après ablation, le patient sort de la clinique avec une attelle ou un gros pansement autour du poignet afin de le maintenir en rectitude tout en laissant libres les doigts et le pouce pour faciliter la cicatrisation cutanée et diminuer la douleur.
2 jours après l’opération, le pansement est changé à la clinique. Le patient consultera son chirurgien le 8ème jour afin d’effectuer l’ablation de l’attelle plâtrée et débuter la rééducation. Après 1 mois, le patient pourrait avoir recours à des séances de rééducation s’il ne récupère pas spontanément une mobilité complète de son poignet.